AccueilActualités - Autres actualités → Entrepreneuriat au féminin

Entrepreneuriat au féminin

5 enjeux majeurs

En dépit de disparités toujours visibles, la France se place dans les cinq premiers pays du monde favorisant l'entrepreneuriat féminin, derrière les États-Unis, l'Australie et l'Allemagne. La France est le pays d'Europe où le plus de femmes travaillent tout en étant mères, et pourtant, elles ne représentent que 30 % des créateurs d'entreprise. Cependant, la mise en place de nombreux réseaux d'entraide et la revalorisation du Fonds de Garantie à l'Initiative des Femmes font progresser ce chiffre.
5 enjeux majeurs :
- Accompagner, encourager et soutenir le développement des entreprises créées ou reprises par des femmes.
- Sexuer les outils statistiques pour mieux cerner l'entrepreneuriat féminin.
- Créer une culture de l'entrepreneuriat féminin.
- Faciliter et garantir l'accès au financement.
- Améliorer le statut des entrepreneures et l'articulation des temps de vie 
Parce que les femmes sont souvent moins préparées à l’entrepreneuriat que les hommes pour des raisons culturelles, la résolution appelle aussi “l’Union européenne à investir dans des programmes de formation continue des travailleuses et des femmes entrepreneurs, en garantissant la mise à jour continue de leurs compétences et la qualité de leur évolution professionnelle, en particulier dans le secteur commercial”. Plus concrètement, la résolution recommande de “faciliter l’accès des femmes à l’entrepreneuriat, par exemple au moyen de subventions et de formations de base sur les aspects juridiques de la création et de la gestion d’une entreprise, notamment sur la réglementation régissant la création d’entreprise, la propriété intellectuelle et la protection des données, les règles en matière de fiscalité, le commerce électronique, l’accès aux subventions publiques, ainsi qu’au moyen de formations sur les nouvelles TIC, l’utilisation des réseaux sociaux, le commerce en ligne, ou encore le réseautage.”
Enfin, le projet de résolution appelle à lever les freins psychologiques engendrés par des stéréotypes de genre que les femmes elles-mêmes ont fini par intégrer. Avec pour conséquence “qu’elles ont tendance à mentionner plus fréquemment que les hommes un manque de compétences entrepreneuriales, de confiance en soi, de fermeté et de prise de risque en créant une entreprise.” D’où, l’appel à “destiner aux femmes entrepreneurs des programmes de motivation et de soutien psychologique qui les aident à renforcer leur confiance en elles.”

Catégorie : Autres actualités | Auteur : | Publication :